Skip to content

Qui suis-je ?

Patricia von Essen

Animatrice et formatrice Expression Primitive

Mon parcours

De la danse rythmique à l’Afrique.

Danse rythmique, danse classique, danses traditionnelles occidentales  sont les premiers pas que j’ai fait dans la danse. J’étudie la pédagogie de la danse classique Jazz et contemporaine en 1989 auprès de Ginette Bastien, j’ouvre une ecole de danse à Limoux puis je pars en Afrique de L’Ouest à la recherche de ce qui m’intéresse vraiment : la transmission du vivant par la danse. ce que j’ai perçu dans les danses traditionnelles occidentales et qui manque dans ce que j’éprouve quand je danse et transmet les techniques académiques. Mon voyage se révèle être un voyage plus initiatique que prévu. ce ne sont pas tant des pas de danse que j’y étudie mais c’est ma vision de la vie, ma posture face à l’existence et le fond de ma personne qui va être bouleversé d’abord, déconstruit, puis reconstruit dans un nouvel ordre qui ne m’a jamais quittée et va être le socle du restant de ma vie et de mes orientation de choix de vie et de manière de travailler à l’art de transmettre la danse. 

Danse expression primitive rythme thérapie Patricia Von Essen photo qui suis je 2

Les approches anatomiques. 

Je rentre en France en 1995. J’échoue à transmettre ce que j’ai vécu. Retranscrire des pas de danse traditionnelles hors de leur contexte ne sert à rien d’autre que transmettre une technique de plus. Ce que je souhaite c’est que les personnes qui dansent avec moi soit mise en contact avec une joie intérieure,  transformatrice et qui vient de fait de danser dans un registre gestuel qui implique la totalité du corps, de manière rythmique, répétitive, avec des chants et des échanges humains autour de célébrations symboliques du vivant.  Je pense que le problème vient peut être de la difficulté pour les cours occidentaux d’accéder à une fluidité dans le mouvement qui me semble être la source première de ce bienfait. Comment aider, restaurer l’aisance des mouvements naturels du corps, faciliter l’accès à la danse et à l’expression vocale ?  Je me forme à l’Anatomie pour le mouvement® avec Blandine Calais Germain. Je pratique pour moi même et  m’inspire dans mon approche des méthodes Feldenkrais et Erhenfried. J’intègre ces approches dans la  conduire de mes ateliers de danse que je nomme alors atelier de danse afro contemporaine. Ce terme me parait alors le mieux adapté  puisque je suis dans une proposition « créée aujourd’hui  » inspirée  de ce que j’ai vécu  en Afrique et en y associant  les apports dont je suis porteuses : les bases du classique et du jazz et une approche contemporaine de l’écriture chorégraphique. Il faut dire que je n’ai jamais vraiment su reproduire ce que j’apprend tel quel et que mon style de l’époque s’apparente déjà à la  performance y compris quand je partage la danse avec d’autres : je crée sur le moment la danse dont nous avons besoin. 

L’Expression Primitive. 

Cependant dans cette façon de conduire et de proposer la danse afro-contemporaine il demeure pour le pédagogue en moi, une frustration importante. Les personnes qui dansent avec moi …dansent avec moi. Elles « dansent moi » en quelque sorte. Je reste un modèle à imiter, ma joie et ma dynamique intérieure sont, certes, communicatives, mais quid de ce qui doit émerger du fond du coeur de chacun. Quid de ce que chacun est profondément et de ce qu’il a à découvrir, à accepter en se sentant accepté par la communauté.  Qui de tout ce qui en danse n’a rien à voir avec le fait d’acquérir une technique de haut vol et d’imiter l’autre dans sa joie et son excellence en gardant sans cesse au fond de soi une sorte d’idole ou d’idéal à atteindre ? Quid de la joie profonde et personnelle, de la satisfaction dûe à la  joie simple de réussir complètement à se sentir un, uni, ok, bien.  Je sens que ce que je propose ne transforme pas en profondeur la capacité de chacun à accéder à cet état de joie profonde qui emmène des transformations dans la manière dont la personne se perçoit, perçoit les autres et entre en relation avec le monde qui l’entoure. Une danse qui emmène à refelchir et trouver des réponses à  ses questions existentielles. Une danse qui apprend à être avec ses émotions, ses affects. Je vois que ce que je propose n’est qu’un loisir, de grande qualité esthétique et artistique, peut être,  mais qu’il manque à transmettre ce qui fait que l’art est art depuis la nuit des temps : un moyen pour l’humain de comprendre, de transcender, de sublimer la vie et de s’accorder à des forces dont il est porteur et dont il est salutaire, pour lui et pour les autres  qu’il en apprenne la maîtrise. Ouvrage de soi  par excellente, sans cesse à remettre sur l’établi de l’existence.  Et c’est exactement le rôle que jouent les danses dites « premières », traditionnelles, populaires voir rituelles, dans les sociétés qui continuent de les perpétuer.  Mais comment transposer cela  dans notre culture sans le dénaturer ? Comment s’en inspirer sans en perdre l’essence première ? Comment le partager sans atteindre à la nature sacrée  des spiritualités  qui les sous tendent et comment rester  dans une proposition  résolument universelle, qui ait une véritable profondeur  ? 

 Je rencontre l’Expression Primitive avec France Schott Billmann à l’Atelier du Geste Rythmé. En une seule journée de découverte de cette pratique  je perçois en le vivant moi même que cette approche  répond à toutes ces questions. J’avais déjà compris, en lisant le besoin de danser de France Schott Billmann qu’une personne avait théorisé cet aspect de la transmission des danses que je cherchais désespérément. J’ai tenté de travailler à partir de son livre. Mais il a fallu en passer par le réel de la pratique. Si c’est une théorie qu’il est nécessaire de connaitre il est clair que cette approche est résolument incarnée, qu’elle est à vivre plus qu’elle ne se parle. Je décide de m’y former et je m’y consacre depuis  2014. Je suis devenue capable d’emmener les personnes que je fais danser dans une expérience intimement  réparatrice. Elles accèdent  en elle même à une joie profonde, durable. J’observe les transformations dans le comportement émotionnel, les aptitudes du corps et de l’esprit au mouvement, l’organisation relationnelle. Mais par dessus tout elle nous conduit de main de maître à ce qui en notre âme est joyeux et désire l’être plus encore quelque soit les circonstances de nos  existences. Elle est accessible à tous. C’est aussi sa grande force.  

La conduire est   une question de compréhension des fondamentaux théoriques tels que les structures symbolique, rythmiques, vocales, spatiales. Ce dont je peux témoigner c’est que c’est aussi une question de transformation de soi en tant que « conducteur de danse » et un travail de profondeur sur notre  postulat de conduite de groupe. Si l’Afrique a commencé chez moi un travail de mutation profonde il se poursuit par le fait de « fréquenter » assidûment cette approche depuis maintenant 9 ans. 

J ’expérimente la pratique auprès du grand public et dans la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.  Je ne cesse de m’étonner de ce que cette approche est exceptionnelle.Elle  peut aider des thérapeutes, des soignants et des animateurs qui aiment la danse à faire une différence dans ce qu’ils proposent à leur public. Je constate que les besoins sont grands et les outils modestes, peu sont ceux qui sont formés à une approche qui leur permettait de répondre avec tellement plus d’efficacité et de résultats !  Les personnes qui sont en place dans les structures d’acceuil, les cabinets libéraux, les centres socio culturels et les écoles de danse pourraient considérablement enrichir le monde de la danse et  la manière dont elle se vit dans notre société. C’est parce que je constate à la fois ces manques et que j’imagine ce que pourrait être le soin si plus de soignants savaient faire danser que  je décide de créer mes formations professionnelles d’Expression Primitive.  Former des soignants, des animateurs, des éducateurs , des animateurs et des professeurs de danse qui sont partants pour devenir animateur(trice) d’Expression Primitive, ou danse rythme pédagogue, ou danse rythme thérapeute : tout dépend d’où l’on vient,  qui l’on est dans son métier, de sa formation et de ce que l’on souhaite mettre en oeuvre. 

Pour ma part je me définit comme une danseuse, un artiste chorégraphique, une pédagogue de la danse et du rythme et pour finir une formatrice en Expression Primitive. 

Mon parcours de formation

  • Diplômée du Professorat de danse classique, jazz, contemporaine par Ginette Bastien au Centre International d’Art Chorégraphique en 1989
  • Certifiée en Geste Anatomique® par Blandine Calais Germain en 2009
  • Formée à la fasciathérapie. Méthode Jean Paul Hesse, Ostéopathe. De 2007 à 2010
  • Voyage d’étude et de recherches Danses et traditions d’Afrique de l’Ouest. Bénin, Niger, Burkina Faso entre 1993 et 1995
  •  Animatrice d’Expression Primitive certifiée  par France Schott Billmann de l’Atelier du Geste Rythmé en 2017
  •  Danse rythme thérapeute certifiée par France Schott Billmann à l’Atelier du Geste Rythmé en 2018
  • Pédagogie  des danses de la culture afro-américaine traditionnelles. 
  • Gestion administrative des structures associatives
  • Formation de formateur
  • Formation aux outils de communication pédagogique
  • Formation en cours à l’institut  d’anthropologie spirituelle Arigah- Annick de Souzenelle. 

Mon expérience professionnelle

  • Formatrice en médiation artistique par la danse rythme thérapie ( Dance Rhythm Therapy ) technique Expression Primitive selon France Schott Billmann pour l’association Performances, l’ Agence 21 Interactive, SNGS Culture, Transformaction, Sapie. Depuis 2021
  • Danse-rythme-thérapeute par l’Expression Primitive en Unité Alzheimer. 2013 à 2020
  • Ateliers et stages danse tout public de 1989 à aujourd’hui
  • Ateliers danse  enfants, ado, adultes en milieu scolaire et médico-social. De 2000 à aujourd’hui
  • Création et animation du Bal poussière® tout public de 2009 à aujourd’hui
  • Chorégraphe pour Amadu Buru.Cie Feeren. Centre culturel de Ouagadougou de 1993 à 1995
  • Formation professionnelle de danseurs pour la Cie Feeren. Ouagadougou. 1993 à 1995
  • Gestion, direction, conseil de structures associatives. 1995 à aujourd’hui
  • Fasciathérapeute en cabinet libéral et à domicile. 2012 à aujourd’hui
  • Animatrice d’ateliers de médiation artistique par l’Expression Primitive tout public de 2016 à aujourd’hui
  • Animatrice d’ateliers de danses africaines, afro contemporaine, afro swing depuis 1993 à aujourd’hui

Vous êtes ?

Un professionnel

Vous voulez travailler avec la danse ?

Un particulier

Vous cherchez un accompagnement ?

Vous recherchez ?

Une formation

Pour apprendre à faire danser les autres ?

Une journée pour danser

Pour décompresser, rire, danser et se rencontrer.

Un bal poussière ®

Pour voyager sur les rythmes du monde.

Une conférence dansée

Pour découvrir comment la danse et le rythme agissent sur nous.

Célèbrer la vie

 

Qui suis-je

Où me trouver ?

Nord

Lille

Ouest

Lorient

Sud

Montpellier, Toulouse, Biarritz, Sougraignes

Centre

Vichy

Est

Nancy

Témoignages

Ils en parlent ...

Le Bal poussière® ? J’ai adoré . Je m’abonne !  Pat est une comédienne, une conteuse, elle nous emporte dans la danse comme dans un rêve! Je ne sais pas comment elle fait mais on on danse tous et en plus c’est beau .Et on apprend mille chose fort intéressantes !

Joelle

 

“ Je me sens bien dans tout moi ”

Martine. Lille.

 

Les journées pour danser “Je n’ai pas le rythme et j’avais peur de danser. Avec ces journées pour danser j’ai redécouvert mon corps et j’ai senti que cela m’ancrait me reliait à nouveau à moi même . J’avais besoin de me reconnecter à la nature et aux autres, ça l’a fait !” Martine – Nancy
Je me sens plus forte, plus droite, je respire mieux après avoir dansé avec Pat. Dans mes relations, autour de moi ça a changé : j’arrive à me positionner et à exprimer ce que je veux “ Sylvie – Secrétaire de Direction. Limoux
Les Bals poussière® saisonniers de Pat von Essen dans notre service Alzheimer sont des moments très appréciés de nos résidents. Elle a l’art et la manière de faire bouger les gens , même les plus réticents et sait travailler avec le public assis qui a quand même l’air de danser vraiment ! Pascale. Aide soignante. Espéraza.
Les journées de formation aux symboliques saisonnières en danse rythme thérapie. “J’ai progressé en rythme comme je n’aurai pas pu l’imaginer. J’ai pu y entrer comme dans un jeu et c’est venu tout seul ” Janick . Facilitatrice en Biodanza – Nancy
En EHPAD Quand les résidents de notre service Alzheimer ont pratiqué un atelier de médiation artistique en danse d’Expression Primitive conduit par Pat von Essen, ils sont plus calmes . Ils sont aussi nettement plus joyeux après la séance “ Amandine . Aide- soignante. Limoux
Les modules de formation. « Une formation riche à la fois sur le plan théorique et pratique, enseignée avec beaucoup de pédagogie, et qui fait progresser chacun à son rythme. L’avancée thématique dans la formation permet de travailler chaque facette de la danse rythme thérapie par l’Expression Primitive en profondeur. Après un stage, je me sens plus solide dans ma posture d’animatrice, et en mesure de faire de vraies propositions pour mes patientes »Marie MOZZICONACCI, Psychologue, Paris.