Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit

Un article de Patricia von Essen 

En date du 15 août 2020 

Une brève histoire de la danse. 

« Par la danse nos pieds reprennent vigueur frappant le sol dur...

Aujourd’hui, il faut danser pour être heureux. » Léopold Senghor

Une brève histoire de la danse.

Par Patricia von Essen 

Avant qu'elle ne devienne savante, la danse a contribué au lien de l'homme avec sa propre nature, avec ses semblables et avec le grand tout.

A l'origine, elle favorisait l'équilibre individuel et social. Il passait par l'équilibre de la relation de l'homme avec son environnement dans une vision animiste : l'humain faisait partie intégrante de son univers, les tourments et les bienfaits de la vie étaient attribués aux dieux personnifiés dans chaque élément de la nature.

Après l'avancée des cultures monothéistes, ce sont les danses  "paysannes"  qui vont remplacer les cultes et rituels et célébrer la vie des hommes, leurs rencontres, leurs alliances, leurs espoirs en la nature et la joie du travail collectif. On danse les futurs fiancés aux bals de printemps, on danse les mariés et les récoltes en été. Quelques traditions anciennes, encore "païennes", perdurent, christianisées, comme par exemple, les feux de la St jean ou les danses de St Guy dans l'est.

Quelques irréductibles Celtes et Pyrénéens ont su défendre et conserver leur paganisme bien vivant . 

Plus tard, en Occident, à l'ère de la transition industrielle, la danse a hérité progressivement d'un rôle essentiellement social et a perdu sa capacité à relier l'homme à la nature dont il a cru dépendre de moins en moins. 

La branche artistique et élitiste de la danse s'est développée: elle est devenue académique, compétitive, signe de rang social. Cet art savant et codifié a, petit à petit, relégué les danses paysannes au rang des danses de caractère, quand elles avaient un intérêt pour les maîtres de ballet, ou au folklore.

Les danses sociales n'ont pas échappé à cette recherche de perfection technique. Là où la danse élevait la nature et les dieux, elle s'est mise à élever l'homme au rang de dieu de la danse. 

Les populations ont perdu progressivement le savoir ancestral et le goût de danser.                      Les bals musettes, cependant, ont maintenu vivante la tradition populaire de la danse. 

Le débarquement des Afro-américains à la libération de 1945 a insufflé avec l'arrivée des danseurs de swing et de la musique jazz, un formidable renouveau qui a perduré jusqu'à nos jours et explose aujourd'hui avec la culture hip hop. 

Le nouvel essor que prennent, depuis des années, les bals trad' et les danses sociales, l'engouement des jeunes générations pour les danses swing, le hip hop avec sa pulsation bien frappée, la techno, l'électro sont la preuve que le besoin de danser existe bel et bien chez les femmes et les hommes de notre temps.

La liste des maux qui nous affectent ,nous et nos sociétés, est longue : manque de lien social, repli sur soi, isolement, perte de l'estime de soi, perte de la confiance en soi, diminution de l'esprit critique, manque de conscience de son identité profonde, perte du sentiment d'appartenance, de reliance, maux physiques, neurologiques invalidants,   manque de relation interpersonnelle, diminution de l'intelligence relationnelle, désolidarisation de l'individu et de son univers, perte du sentiment transgénérationnel, perte du sentiment écologique, de la conscience citoyenne...

 

 

 

En quoi la danse pourrait vous aider à devenir l'homme, la femme dont ce monde a besoin ?  En quoi peut elle nous aider à aller mieux? 

Danser stimule le métabolisme, renforce le coeur et les poumons, et à long terme la puissance musculaire, la souplesse articulaire, l'équilibre et en prime booste le système immunitaire et la neurogénèse. Elle est une éducation -rééducation cognitive et sensorielle. 

Le rythme en lui-même insuffle une sensation de bonheur : notre cerveau aime la régularité de ces séquences qui font écho à la vie qui pulse en nous : battements du coeur, flux de la respiration, adaptation aux grands rythmes du cosmos, jour nuit, veille sommeil, alternance des saisons. Tout est rythme, nous sommes rythme : de la respiration cellulaire à la marche bipède en passant par la marche de l'univers tout entier. 

Le rythme inspire à l'homme un sentiment de sécurité. Il provoque dans le cerveau une libération d'ocytocine et de dopamine, entraîne une réduction du cortisol, appelée aussi hormone du stress. Ces libérations hormonales sont dirigées dans les zones du cerveau les plus atteintes dans le cas des maladies neurodégénératives, celles qui affectent un nombre de plus en plus considérable de personnes sur notre planète. De nouvelles connexions neuronales sont constatées scientifiquement. 

Le rythme entraîne un sentiment d'unité sociale. Bouger ensemble dans une ambiance bienveillante et joyeuse produit un sentiment d'appartenance. Nous pouvons à certains instants éprouver le sentiment d'appartenir à un tout. Nous sentir solidaires, unis profondément, tout en ayant une conscience aigüe de notre unicité. 

Le réveil des perceptions corporelles contribue au réveil des perceptions émotionnelles: les siennes et celles des autres, cette capacité que l'on nomme empathie et qui fonde l'intelligence relationnelle.L'apprentissage de la maîtrise de son corps et de la capacité d'expression améliore la capacité d'être maître de ses émotions, de décider de ses actions et de communiquer avec ses semblables. 

Le rythme stimule des zones spécifiques du cerveau, telles que le cortex moteur et sensoriel, qui ont un impact sur le mouvement et le système limbique, ce qui améliore les fonctions motrices et la gestion des émotions dans un processus créatifs. Le mouvement en rythme  déclenche des mécanismes neuroprotecteurs dans le cerveau, encourage la neuroplasticité et la création de nouvelles synapses . 

Centration, concentration, capacité d'anticipation, esprit d'à-propos, force de solidarité et audace d'action sont des bienfaits individuels qui, par l'effet des relations interpersonnelles, peuvent rejaillir sur la société qui nous entoure. 

Quelle danse ? La danse rythme thérapie ! 

En DANSE RYTHME THÉRAPIE l'expérience du rythme est placée au centre de la pratique.

Elle est au service de la personne, du groupe et de la vie qui les anime. 

Thérapeutique ? Un grand mot c'est vrai, pour certains il fait sens,  pour d'autres il s'agit plus simplement d'acquérir une  meilleure forme, une meilleure connaissance de soi, une plus grande confiance en soi...

Que voulons-nous dire par là ? Une danse qui construirait l'humain dans toutes ses dimensions, une danse qui opérerait des transformations positives sur les symptômes conséquents à des maladies psychiques, physiologiques, anatomiques. 

Une danse qui permettrait de soutenir des individus dans la place qu'ils ont à prendre dans un monde où il y a des combats à mener, des crises à traverser, en faisant au mieux, individuellement et collectivement. 

Une danse qui soutiendrait après ou pendant une épreuve, apaiserait l'esprit tendu, réconcilierait les contraires qui se battent en nous pour en faire une force d'élan vers l'avant.

Les maux physiques et psychiques, de la légère angoisse de l'esprit ou ankylose du corps aux plus fortes dégénérescences neuronales, à l'incapacité physique de se mouvoir, prennent leur source à différents endroits de la constitution d'un humain et se manifeste dans l'endroit de la relation à son environnement. Il  faut une réponse qui prend en compte la totalité de cette constitution  : corps  ,psyché, relation. 

La  danse rythme thérapie, mise au point par France Schoott Billmann, condense en une proposition, l'essentiel des principes thérapeutiques des thérapies traditionnelles qui s'appuient sur le rythme, le geste ,la symbolisation  et la relation au groupe. Elle réactualise ces pratiques rythmées et vocalisées qui ont servi à la transmission des connaissances, à l'éducation de l'enfant, à l'équilibre de l'individu et de la société humaine en relation avec le monde qui l'entoure,  de tout temps, dans le monde entier.

La danse rythme thérapie est une proposition unique en son genre, capable de répondre à des besoins actuels et spécifiques de notre humanité. 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie 

Danse thérapie par le  rythme de France Schott Bilmann /

Odile Jacob Juin 2020

https://www.odilejacob.fr/catalogue/psychologie/psychotherapie/therapie-par-la-danse-rythmee_9782738151599.php

Le besoin de danser de France Schott Bilmann / Le courrier du livre 

 https://livre.fnac.com/a1135201/France-Schott-Billmann-Le-Besoin-de-danser

Quand la danse guérit de  France Schott Bilmann  / Odile Jacob 

https://livre.fnac.com/a4122724/France-Schott-Billmann-Quand-la-danse-guerit

 

Quelques exercices de bases du rituel d'Expression primitive 

Un stage de formation à l'Atelier du geste Rythmé

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus